Film Red Hand Flag

Ce livre de 800 pages vous transportera sur les cinq continents et à travers dix siecles à la recherche de la famille Goybet et de ses illustres ancètres.

Nous introduirons exceptionnellement ce livre avec tout d'abord le tournage du film ''the Red Hand Flag pour lequel j'ai apporté ma contribution, diffusé dès Juillet 2008'' aux Etats Unis consacré au Fanion de Division du Général Mariano Goybet, à ses succès pour briser le front en Champagne en 1918 et à la conduite admirable de ses troupes dont deux régiments étaient Africains Américains qui sera suivi d'un document que j'ai réalisé en Anglais en hommage à Mariano et ses troupes et destiné à apporter une source de renseignements pour le film ''The Red Hand flag ''.

 

http://video.pbs.org/video/1139152390/

History Detectives . Film Red Hand Flag | PBS

Script film Red Hand Flag

,Facebook | Vidéos publiées par PBS History Detectives : Next Time on History Detectives: July 7, 2008

 


THE RED HAND FLAG ( Drapeau de la main rouge)

 

----------------------------------------------------------------------------------------------------





LE CONTEXTE HISTORIQUE


- 1917: Une Europe exsangue et une Allemagne triomphante



La premiere guerre mondiale fait rage en Europe.
Les offensives d'Avril 1917 en Artois en Picardie s'enlisent après des succès initiaux. Les pertes sont lourdes et nulle part le front ne peut être perçé. En Roumanie l'offensive Austro Allemande submerge le pays à la fin de 1916 et la révolution Russe rend précaire le maintien des débris de l'armée Roumaine en Moldavie. Si la Grèce s'est jointe aux Franco-Britanniques du camp de Salonique, le front stagne dans le sud des Balkans . La guerre sur mer redouble avec l'accentuation des attaques des sous marins Allemands contre les transports maritimes alliés. Le commerce des Etats-Unis en pâtit.L'espoir de vaincre est même si limité que les Américains s'inquiêtent du remboursement des dettes importantes contractées outre-atlantique par les gouvernements alliés.

Extraits du dictionnaire d'Histoire de France sous la direction D'Alain Decaux et André Castelot. Edition Perrin 1981.


- Le télégramme Zimmermann :






Le télégramme Zimmermann est un télégramme qui a été envoyé par le ministre des Affaires étrangères de l'Empire allemand, Arthur Zimmermann, le 16 janvier 1917 à l'ambassadeur allemand au Mexique, Heinrich von Eckardt, au plus fort de la Première Guerre mondiale. Il donnait l'instruction à l'ambassadeur de se mettre en contact avec le gouvernement mexicain et de lui proposer une alliance contre les États-Unis. Il fut intercepté par le Royaume-Uni et son contenu a accéléré l'entrée en guerre des États-Unis.
Berlin, 19 janvier 1917


‘’Nous avons l'intention d'inaugurer la guerre sous-marine à outrance, le 1er février. En dépit de cela, nous désirons que les Etats-Unis restent neutres, et si nous n'y réussissons pas, nous proposons une alliance au Mexique.
Nous ferons la guerre ensemble et nous ferons la paix ensemble. Nous accorderons notre appui financier au Mexique, qui aura à reconquérir les territoires du Nouveau Mexique, du Texas et de l'Arizona.
Les détails du règlement sont laissés à votre initiative.
Vous aurez à informer le président du Mexique de la proposition ci-dessus aussitôt que vous serez certain de la déclaration de guerre avec les Etats-Unis, et vous suggérerez que le président du Mexique, de sa propre initiative, communique avec le Japon, proposant à cette dernière nation d'adhérer immédiatement à notre plan, et vous offrirez en même temps d'agir comme médiateur entre l'Allemagne et le Japon.
Veuillez attirer l'attention du président du Mexique sur l'emploi sans merci de nos sous-marins qui obligera l'Angleterre à signer la paix dans quelques mois.’’

Signé: Zimmermann


Bien que le télégramme débutait par la déclaration que l’Allemagne était plus intéressée par le maintien de la neutralité américaine que par l’attaque de sa flotte, cette confirmation de l’hostilité profonde provoqua une montée du sentiment anti-allemand. Wilson répondit à cette manifestation d'hostilité allemande à l'égard des États-Unis en demandant au Congrès d'armer des navires américains qui pourraient repousser de possibles attaques de sous-marins allemands. Quelques jours plus tard, le 2 avril 1917, Wilson demanda au Congrès de déclarer la guerre à l’Allemagne. Le 6 avril 1917, le Congrès accepta, faisant entrer les États-Unis dans la Première Guerre mondiale.

Les sous-marins allemands avaient déjà attaqué des navires des États-Unis près des Îles Britanniques, de sorte que le télégramme ne fut pas la seule cause de la guerre ; il joua, pourtant, un rôle très important en faisant évoluer l'opinion publique américaine. On a perçu comme particulièrement traîtreux que le télégramme ait été transféré la première fois à partir de l’ambassade des États-Unis à Berlin vers l'ambassade allemande à Washington avant d’être transféré au Mexique. Quand le public américain tint le télégramme pour vrai, l’entrée des États-Unis dans la Grande Guerre devint inévitable.

Source Wikipedia






- 6 Avril 1917 : L’ Engagement des Etats-Unis
et les soldats Africains Americains



Avril 1917. Les Etats-Unis déclarent la guerre à l’Allemagne devenant officiellement partie de la première guerre mondiale qui a fait rage durant 3 ans . Plus de deux millions d’Africains Américains s’enregistrèrent pour la mobilisation , avides de prouver leur patriotisme . Mais l’armée est ségrégationniste et la plupart de ces troupes ne sont pas autorisées à combattre . Il y en a toutefois qui ne prendront pas un non pour une réponse …. Des hommes déterminés à se battre pour le pays qui les discriminaient .

Maintenant Anne Clarkson de Leesville , Caroline du Sud a acquis un drapeau singulier qui peut révéler une histoire oubliée à propos de la guerre qui termina toutes les guerres.


Plus de 700 000 Africains Américains se sont enrôlé pour la mobilisation le premier jour , et plus de deux millions au total . Ils voulaient montrer qu’ils étaient des américains loyaux , et aussi souhaitaient démontrer qu’ils étaient les égaux des blancs américains qui étaient également enrôlés pour la mobilisation. Quand les Etats-Unis rejoignirent la guerre en Avril 1917, l’armée U.S. permanente était de seulement 127 500 hommes. Mais en dépit de son urgent besoin , l’armée répugnait à utiliser des Africains américains au combat .

400 000 environ furent appelé au service, mais très peu virent les combats . En ces temps, dans la communauté américaine beaucoup de gens disaient que les hommes noirs étaient soit inaptes au combat ou bien ne voudraient pas combattre.

Au début les hommes furent relégués aux unités de travail , déchargeant des bateaux , construisant des chemins de fer et enterrant les soldats tués en action mais les protestations forcèrent les politiques à changer d’optique .

Il y avait des réticences de la communauté Africaine Américaine et ce qui en découla, c’est que l’armée fut forcée à former deux divisions Africaines Américaines : La 92ième division et la 93ième division temporaire .L’armée fit volte face . Mais il y a une complication ….. Bien que la 92ième et 93ième furent les premières unités noires entraînées au combat , en Europe, elles furent transmises à l’armée Françaises .

Les Français avaient combattu dans une guerre épuisante durant trois ans et ils avaient récemment souffert de pertes sévères et ils avaient besoin d’hommes désespérément. L’appel fut ‘’ S’il vous plait envoyez nous des hommes '' et les Etats-Unis répondirent avec ces 4 Régiments . Les Africains Américains furent bien accueillis par les Français qui avaient l’habitude de se battre avec leurs propres troupes coloniales d’Afrique.

Beaucoup d’Africains Américains furent choqués de voir qu’il y avait des gens qui ne leur faisaient pas de discrimination à cause de leur race et ils apprirent , qu’ils pouvaient être égaux .


YouTube - The Black Soldier (clip)



 

 

PRESENTATION DU RED HAND FLAG






Dans le cadre de la fameuse série Américaine ‘’History Detective ‘’produite par Lion TV pour La chaine PBS qui est fournisseur de contenu pour 355 chaines publiques Americaines et couvre 91 % de la population Américaine,( chaque semaine l’audience de PBS est de 80 millions de télespectateurs et plus de 133 millions s' orientent vers PBS chaque mois), Je fus interviewé par l’historien d’art , Elyse Luray et expert D’History Détectives .J’ai été filmé à New York dans le prestigieux Seven Armory Regiment le 15 Décembre 2007 . En effet j’ai contribué par mes documents et ma participation à la réalisation de l’épisode ‘’The Red Hand Flag’’ , saison 6. Il s’agit d’une enquête sur le drapeau de ‘’la main Rouge ‘’. Mon arrière grand père, le général de Division Mariano Goybet (1861-1943) dont il est question dans ce film est issu d’une vieille famille Savoyarde alliée à la meilleure noblesse locale. Les Goybet descendent de louis VIII. Sa grand-mère Louise de Montgolfier était la petite nièce des inventeurs. Il dirigea pendant la première guerre mondiale une division , la 157 ème , composée de trois régiments, un français le 333ième R.I.. et deux Régiments Africains Américains 371ème et 372ème (Elle incluait les troupes de gardes nationaux de Washington D.C.) de 1917 à 1918. Il parvint avec ses troupes à briser le front ennemi en Champagne. La 157ième division fut le corps le plus décoré des huit unités Africaines Américaines engagées dans la première guerre mondiale et fut récompensé de la croix de guerre Française. Le film documentaire sera diffusé à partir du 7 juillet 2008 aux Etats-Unis.


Lien vers le Red Hand Flag tiré de la série ''History Detectives'' de PBS.

History Detectives . Investigations - Red Hand Flag | PBS



LE DRAPEAU DE LA MAIN ROUGE




Le drapeau de la main rouge en coton , The Red Hand Flag , est composé de trois bandes . Rouge, blanc, Rouge. Sur la bande blanche est représenté une main Rouge de feutre cousue au centre. Sur le coin gauche il y a un petit drapeau américain. Les deux bandes rouges symbolisent les deux régiments Africains Américains. La bande blanche signifie le régiment de Français et la main rouge est l’insigne de division.


ANNE CLARKSON ET LE DRAPEAU



Madame Anne Clarkson, qui détient ce drapeau en Caroline du Sud, Vétérante de la tempête du désert et qui fut stationnée à Camp Jakson, là ou furent rassemblé les troupes Africaines Americaines du 371ième R.I. originaires de Caroline du Sud en 1917 , intéressée par tout ce qui concerne les troupes africaines américaines pendant la première guerre mondiale, ayant elle-même un grand oncle ayant servi dans le 369ième régiment WWI et un autre dans les ‘Red Ball Express’ (convoyage routier qui accompagnait la perçée des alliés en 1944 ) , demanda à History Detectives en 2007 de mener l’enquête sur l’authenticité de ce drapeau.



Elle avait étudié l’histoire du 371ième régiment et d’un de ses plus fameux soldat , Freddie Stowers. En 1988, plusieurs membres du Congrès commencèrent une campagne sur la conduite des soldats noirs de la première guerre mondiale qui n’avaient pas été correctement reconnus, c’est ainsi que Freddie Stower reçut la médaille d’honneur en 1991 sur l’instigation du Congrès et après enquête en France pour avoir agi avec un exceptionnel héroisme le 28 Septembre 1918, bien que caporal, en officier commandant une unité qui avait été décimée par les Allemands. Les Allemands tenaient une forte position sur une colline , cote 188, près d’Ardeuil en Champagne secteur de la Marne, et par ruse les Allemands avaient feint de se rendre . Les Allemands ouvrirent alors le feu et la compagnie fut réduite de moitié , perdit ses officiers commandants et ses principaux sous officiers. Stower réunit les troupes, pris en charge le commandement de la compagnie. Il mena celle-ci à l’assaut de nids de mitrailleuses et de mortiers et quand il fut mortellement blessé, il continua à encourager son unité à prendre une seconde ligne de tranchée. Il fut le premier soldat noir de la première guerre Mondiale à avoir obtenu la médaille d’honneur du Congrès. Le 24 Avril 1991. Les sœurs survivantes de Freddie Stowers, Georgina et Mary reçurent pour celui çi la médaille d’honneur du Président Georges H.W. Bush à la Maison Blanche.

Freddie Stowers - Wikipedia, the free encyclopedia

NOVEMBRE 2007 : PREMIER CONTACT



Je fus contacté par Madame Lindsay Carswell une des coproductrice de la série, étant l’arrière petit fils du Général Goybet . J’avais la chance d’aller à New York quand le tournage commença et donc j’ai pu collaborer à cet épisode qui sera diffusé à partir du 7 Juillet 2008. J’ai notamment apporté des documents décisifs dans la résolution du Mystère et évoqué la conduite admirable des troupes Africaines Américaines. . Le show s’est transporté également début 2008 à la salle du souvenir de Caroline du sud et au musée militaire à Colombia . Anne Clarkson résidente de Battesburg-leesvile, détentrice du drapeau y fut interviewée. L’émission fait aussi d’autres connexions avec des interviews de Sarah Wooston, conservateur de la salle du souvenir en Caroline du Sud et du musée militaire et un résident d’Orengeburg , Russel Wolfe cousin en second de Benjamin Francis Simmons qui était un chef de bataillon du 371ième régiment..

Je suis donc contacté par un mail en Anglais de Madame Lindsay Carswell le 6 Novembre 2007. Voici ce qu’elle m’écrit :



''Cher Monsieur Goybet j’ai trouvé votre Email sur un site Web parlant de la 157ème Division de l’armée Française durant la première guerre mondiale , avec laquelle les 371ème et 372ème régiments d’Infanterie U.S. ont combattu. En particulier j’essaye d’identifier un drapeau . Je suis portée à croire qu’il existe plus d’une version du drapeau de la 157ème Division qui pourrait expliquer le drapeau rouge et blanc , plutôt que bleu , blanc et rouge .''

''Je me demande si vous avez jamais vu quelque chose comme ce drapeau . Trouvez attaché une copie du drapeau . Merci pour votre aide ''

Sincerement

Lindsay

Lindsay Carswell Associate Producteur
History Detectives (PBS) Lion Television
304 Hudson Street SUITE 505
New York NY 10013



Le drapeau attaché porte sur le coin en haut à gauche un rectangle représentant le drapeau Américain. Une date 1918, une bande rouge une bande blanche et une bande rouge . Au centre de la bande blanche une main rouge . Sous la main rouge le chiffre 157 .


Ce mail suscite un intérêt mêlé d’une certaine excitation. Je consulte sur le champ la copie numérisée du livre de famille de Mariano Goybet. Un superbe livre avec couverture en cuir. 200 pages parchemin avec de nombreuses enluminures (or , argent et autres matières nobles), écrit par Mariano Goybet de 1898 à 1931 . Je vérifie a coté du texte parlant des troupes Américaines qu’il avait sous son commandement que le drapeau de la 157ème Division est bien représenté et qu’il porte les mêmes caractéristiques que celui que l’on me présente. Je me dis que cette femme a du trouver mon mail sur le site de 800 pages que j’ai conçu sur la famille Goybet appelé famille du Chevalier Henri Goybet et qui parle de la Red Hand Division . 157ème Division composée de 3 régiments dont 2 noirs Américains commandés par mon arrière grand père le Général Mariano Goybet entre 1917 et 1918.



Mail d' Henri Goybet du 14 Novembre 2007 :


''Chère madame Carswell, ''

''mon arrière grand père appelait la 157ème Division ‘ La Division main rouge’ et il parlait aussi de la ‘main ensanglantée’. J’ai un drapeau sur le livre de famille écrit par lui de 1898 à 1931. Je vous donne l’adresse de mon site web . Vous trouverez beaucoup de choses à propos de mon arrière Grand père qui a notamment effectué la prise de Damas après Lawrence d’Arabie à Damas en 1920.''

''Je suppose que vous travaillez sur un projet télévision à propos de la 157ème Division. Je pense que de plus en plus de personnes seront intéressées par cette période, dans les prochaines années (1914-2014), pour renouer avec les racines de la liberté. J’espère que mon site vous intéressera . Je serai dans votre pays dans quelques jours . Deux fois à New York.''

Sincèrement votre
Henri Goybet



Mail de Lindsay le même jour :



Monsieur Goybet,

''Merci pour votre réponse , c’est magnifique d’apprendre que le dessin du drapeau de la main rouge venait du livre de votre arrière Grand Père et qu’il avait été dessiné par lui.''


''Vous avez raison de croire que nous travaillons sur un projet de Télévision . Le show est actuellement en train de faire des investigations à propos du drapeau de la main rouge et donc aussi à propos des 371ème et 372ème régiments et la 157ème Division . Je pense que c’est un très importante période de l’histoire que peu de gens connaissent . ''


''Vous dites que vous venez aux Etats-Unis bientôt en incluant New York .Je me demande s’il serait possible que vous apportiez le livre de votre arrière Grand Père et si vous êtes disposé à être interviewé à propos de votre arrière Grand père pour notre Film Documentaire.''


Mes meilleurs sentiments

Lindsay


A la lecture du mail de Lindsay , je suis à la fois très excité de participer au film documentaire sur les troupes de mon arrière Grand père 90 ans après et à 7000 miles de distance du théâtre des opérations. Cela prouve une fois de plus que les Américains n’oublient pas le Général Goybet.



LES ETATS UNIS : LES FINGER LAKE



Je suis reçu comme chaque année chez une amie Proviseur et professeur de Français et d’Espagnol.

J’aime venir l’hiver là bas . La région est située à mi chemin entre New York et La frontière avec le Canada.. Le secteur de Binghamton est une aire de 300 000 habitants située à la jonction des rivières Susquehanna et Chenango ou l’on trouvait la présence indienne . C’est une région de collines et de lacs . Endwell, là ou je réside est situé au bout des Finger lake , ces lacs qui se sont formés après la fonte des glaces et qui ont une profondeur et une pureté exceptionnelle. Je suis dans une villa au bord d’une grande zone boisée.

La région connut un essor extraordinaire par l’arrivée de la première compagnie de cigares en 1870 . Une autre industrie celle de la chaussure emploiera jusqu'à 20 000 personnes. Enfin il ne faut pas oublier la fondation en 1889 de la Bundy Time Recorder Compagnie qui s’est fusionnée avec d’autres petites compagnies et qui a donné naissance au Géant IBM qui emploie 250 000 personnes à travers le monde.


Les flux migratoires ont apporté une grande variété de population. : Italiens, Irlandais, Allemands, Anglais , Africains américains, beaucoup de personnes de l’Est Européen dont les Polonais et les Russes.. On y trouve quelques Français Canadiens. Un Melting Pot de communautés , riches culturellement, fédérées avec fierté tout sous la bannière étoilée. Il est fréquent de trouver un drapeau Américain au fronton des villas.


Le climat est rude l’hiver avec des températures oscillant généralement entre -20 et le point de congélation. L’influence des grands lacs plus au Nord entraîne beaucoup d’humidité et donc il est fréquent de trouver un pied de neige voire plus.

Dès que l’on sort de l’aire urbaine, s’étalent jusqu’à l’horizon de grandes étendues sauvages. Il n’est pas rare de croiser des cerfs sur les routes ou même de voir un grand rapace.

C’est dans ces collines sauvages à une vingtaine de miles, près de Wyalusing au bord de la Susquehanna river qu’en 1793, fuyant la révolution Française, un camp de Royalistes Français fut établi . Il était envisagé que Marie Antoinette y trouve asile .


Quand je suis dans cette région , qui jouxte le Canada et dont le climat est sensiblement le même, je pense souvent à mon plusieurs fois arrière grand oncle Etienne Montgolfier , oncle des célèbres inventeurs de la Montgolfière (la famille Goybet descend de leur père et du grand père d’Etienne) .

Etienne Montgolfier injustement moins connu que ses célèbres neveux était supérieur de St Sulpice au Canada et par là même Seigneur de l’île de Montréal . Il arrive au Canada en 1751 et décède en 1791. En 1760 les français capitulaient devant les anglais ce qui rendit le mandat de Montgolfier très difficile .Ensuite il y eut l’invasion des Américains poursuivant l’élan de la guerre d’indépendance entre 1775 et 1776 repoussée par les Anglais .

Montgolfier durant toute cette période troublée a revendiqué la liberté religieuse , l’amour de la France et de sa culture.

Je n’oublie pas , qu’au-delà des Grands Lacs, dont nous subissons la versatilité météorologique, à Montréal , mon grand oncle veille avec son église notre Dame du Bon Secours incendièe et reconstruite par ses soins au cœur de la ville.


LIVRE DE FAMILLE DE MARIANO




Parmi les documents majeurs que j’ai fourni, il y a la copie Cd Rom du livre à enluminures de mon arrière Grand père de 200 pages écrit de 1898 à 1931 ou est représenté son fanion de Division et ou il parle de ses troupes Africaines Américaines . Ce livre est une pure merveille Voici le texte que j’ai lu en Français et en Anglais:


« Le général Mariano Goybet reçut en Mai un télégramme du G.Q.G. l’appelant au commandement de la 157ème décimée près du chemin des dames . L’infanterie de la 157ème fut reconstituée avec le 333ème R.I. et les 371ème et 372ème Régiments Américains Noirs Division Main rouge –Red Hand ! ) »

« La division alla occuper le secteur Foret d’ Argonne-Vauquois –cote 304, jusqu’au moment (Septembre) où elle fut appelée à participer , avec la IVème Armée , à l’offensive générale en Champagne . Le Général Goybet par de violentes attaques rompait le front ennemi devant Monthois, faisant de nombreux prisonniers et s’emparant d’un matériel considérable . La 157ème alla ensuite occuper les Vosges devant Saintes-Marie aux Mines . »


« Après l’armistice et la dissolution de la 157ème D.I., le Général Goybet fut choisi par le Général Hirchshauer Gouverneur Militaire de Strasbourg comme général Adjoint commandant la place. »’

« Pendant la guerre il avait reçu 2 blessures , 4 citations à l’ordre de l’Armée, la rosette d’Officier de la Légion d’Honneur et une proposition pour commandeur , l’ordre du Bain des Anglais, la Distinguished Service Medal des Américains ; la croix de Commandeur de l’Aigle Blanc avec Glaives lui fut remise à Strasbourg, par le roi de Yougoslavie . »’



CORRESPONDANCE DE PERRY MILES



J’ai aussi lu la correspondance du Général Perry Miles alors Colonel dirigeant le 371ème régiment destinée à mon arrière Grand père parlant du fanion confié à son régiment et de son valeureux chef le général Mariano Goybet. Lettre du 13 Novembre 1933 qui nous permet de voir ce que ce drapeau est devenu après la guerre.



« ’Naturellement nous avons pensé à vous et parlé de vous de nombreuses fois au cours de notre dîner Annuel. Nous avons eu notre programme signé par tout ceux qui étaient présents . Le voici . »’



« ’Il est décoré avec la reproduction de votre fanion de division que vous nous avez si gracieusement offert . Ils étaient très fiers de la main rouge et demeurent fiers de leur service dans la 157ème Division Française et de leur chef distingué ‘Notre général. »

« ’Cette année quelques uns de nos officiers ont voyagé plus de 700 miles pour atteindre Washington et assister à notre réunion. »
« Avec les meilleures félicitations et appréciations de votre amitié et de la manière dont vous nous avez commandé . »’

« Je suis votre ami et admirateur . »

Perry Miles.


Je numérise la lettre , le programme et la reproduction du fanion joints ainsi que les signatures des combattants et l’envoie à Lindsay Luray Associate Producer avec la copie du livre de famille.

Il est évident que cette une lettre essentielle pour résoudre le mystère de l’appartenance et du devenir du Fanion. De plus quel symbole avec les signatures des soldats sur le programme .



Voici sa réponse datée du 5 Decembre 2007

« Tout ceci semble extraordinaire spécialement les pages écrites par le Général Goybet lui-même , si élaborées ! aussi bien que la lettre de Perry Miles . »

« ’Un grand merci . »’




RAPPORT DE RECHERCHE DE Jim BALL ET Richard FORD




Sujet :Drapeau militaire non identifié . Connexion possible avec le 371ème Régiment D’Infanterie U.S.


Suit une description du drapeau. Puis il nous est dit que le propriétaire actuel du drapeau est madame Anne Clarkson . Elle a acheté celui–ci sur le site d’enchères E Bay . Suit une description de l’organisation des troupes de la 157ème Division avec les deux régiments de couleur. (371ème et 372ème) ainsi que différentes investigations et théories sur le drapeau.

On nous indique que Richard Ford et Jim Ball ont été contactés en Octobre 2007 par Lindsay Carswell de Lion Télévision demandant leur aide pour identifier le drapeau soumis par Madame Clarkson et qui sera l’objet d’un épisode du programme de télévision de History Detectives.



Extraits de la théorie sur le Red Hand flag

« Le 2 Juillet 1918 le Général Mariano Goybet commandant la 157ème Division émis l’Ordre Général N° 1630/3 .Cet ordre dit que l’empreinte de la main rouge ensanglantée a été approuvée comme l’emblème officiel de la Division. L’Ordre spécifie plus loin que la main ensanglantée doit être exposée sur tous les drapeaux de la Division. ……… »’

« ’L’emblème de la Red Hand était aussi porté comme insigne sur les manches d’épaule des soldats des 371 et 372ème régiments . »’

« ’Peut-être la pièce la plus convaincante en support de notre identification suggérée provient du Chevalier Henri Goybet, l’arrière petit fils du Général Goybet et conservateur des archives de famille . Durant la période de 1898 à 1931 le Général , en artiste accompli, a réalisé un livre enluminé à la main sur l’histoire de la famille Goybet. Dans ce livre le Général inclut une enluminure presque identique au fanion étudié. La seule différence est que le fanion dans le livre a le numéro 157 localisé sous la main rouge.
Notre opinion est que le drapeau décrit n’est autre que le fanion de Division du Général Mariano Goybet, commandant de la 157ème Division. . »

Jim BALL et Richard Ford


MARIANO ETAIT FIER DE SES TROUPES







Je lus beaucoup de documents sur Mariano. Goybet et notamment le livre de Emmet .J. SCOTT the American negro in the World war 1929 dédicaçé à mon arrière Grand père et Negro Combat Troops in the World War by Chester D. Heywood 1928 ainsi que les documents et citations que je détenais de Mariano et d’autres recherches sur la famille et Mariano que j’avais au préalable effectué. J’en sorti un document de 23 pages en Anglais que j’envoyais à la productrice Lindsay Carswell traitant de ma famille, de Mariano et de ses troupes. Durant l’interview je lus des passages en Anglais des citations adressées par Mariano à ses troupes . Mon objectif pour montrer que Mariano reconnaissait la valeur de ses soldats était rempli.

Voici un extrait de l’ordre general n°234 du 8 Octobre 1918.


‘’Je veus vous dire comme votre chef et comme du fond de mon cœur combien je suis reconnaissant pour toute la gloire que vous avez acquis pour notre splendide 157ème Division .''

''Durant ces 9 jours de bataille vous avez fait une percée de 8 kilomètres à travers une organisation ennemie puissante, capturé plus de 600 prisonniers, pris 15 canons, 20 mortiers d’infanterie , des munitions d’artillerie et abattu par fusils, trois avions .''

''La main rouge de cette division est maintenant en réalité une main ensanglantée . J’ai saisi les boches à la gorge et je les ai fait crier pour demander grâce .Nos glorieux camarades sont bien vengés.’’

Général Goybet




Citation émise par le général Goybet

157 th Division Etat major
Ordre général n°245

« Le 12 décembre 1918, le 371 et 372 RI ont été placés à la disposition du haut commandement américain »
« Avec un profond sentiment d'émotion de la part de la 157ème Division et en mon nom personnel, je viens faire mes adieux à nos braves camarades. Durant 7 mois, nous avons vécu comme des frères d'armes, S'associant dans les mêmes actions, partageant les mêmes épreuves et les mêmes dangers. Cote à cote, nous avons participé dans la grande bataille de Champagne qui a été couronnée par une formidable victoire. »
« La 157ème Division n'oubliera jamais l'indomptable énergie, la charge héroïque des régiments Américains sur la crête d'observation et dans les plaines de Monthois. Les défenses les plus puissantes, les bastions les plus fortement organisés, les barrages d'artillerie les plus lourds, rien ne pouvait les stopper. Ces régiments extraordinaires surmontèrent tous les obstacles avec le plus grand complet mépris du danger, avec leur dévouement permanent.
La division "main rouge" pendant 9 jours de combat violent fut constamment un modèle d'exception pour l'avance victorieuse de la 4e Armée. »

« Officiers, sous officiers, et soldats, je salue respectueusement nos soldats qui sont tombés, et je salue vos couleurs, cote à cote avec le drapeau du 333 Régiment d'Infanterie, ils nous ont montré le chemin de la victoire. Chers amis d'Amérique, quand vous serez de retour de l'autre coté de l'océan, n'oubliez pas la division "main rouge".
Notre fraternité a été cimentée dans le sang des braves et un tel lien ne sera jamais détruit."
"Souvenez vous de votre Général qui est fier de vous avoir commandé et soyez sur de sa reconnaissance éternelle. »

Général Goybet
Commandant la 157 eme DIVISION
traduit par henri Goybet du livre de Emmet .J. SCOTT the American negro in the World war 1929.



EVOCATION DE LA PRISE DE DAMAS EN 1920.




Evocation de Mariano avec un autre fait historique. C’est la suite de Lawrence d’Arabie et son rève brisé d’une Syrie gouvernée par les arabes.

« Nous avons je crois changé le cours de l’histoire au proche Orient. Je me demande comment les grandes puissances laisseront les arabes faire leur chemin’ T. E. lAWRENCE 14 Octobre 1918. »

La conférence de San Remo en Avril 1920 confirmant les accords Sykes-Picot donne à la France les mandats sur le Liban et la syrie. Après le dur combat de Khan Meiseloun ou le ministre de la guerre Asmy Bey trouve la mort le 24 Juillet 1920 et la défaite de l’émir Faycal , les troupes Françaises entrent à Damas le lendemain sous le commandement du général Goybet.



LE BUT D’HISTORY DETECTIVES



Le but d’History Detective est de relier un objet avec l’histoire avec un grand H. History Detective reçoit 3000 soumissions d’objets par an par le biais des télespectateurs. Seuls 27 sont choisis par an pour leur haute portée symbolique et leur intérêt historique.


Pour cet épisode Lindsay Carswell Associate Producer m’écrit « c’est une histoire tellement merveilleuse et importante »’ (.Mail du 14.12.2007)



OVERVIEW

History Detectives est consacré à l’exploration de la complexité des mystères historiques., recherchant les faits, mythes et les énigmes qui connectent les cultures populaires locales , les légendes familiales, et les objets intéressants. Les techniques d’investigation traditionnelle, les technologies modernes et beaucoup de recueil d’information sont les instruments que l’équipe des experts d’History Detectives utilise pour donner de nouveaux et parfois stupéfiant éclairages dans notre histoire nationale. Les personnes du programme sont constituées par un quartet très dynamique d’experts renommés dans le monde des investigations historiques.

Leur expertise couvre les domaines de l’architecture , la culture populaire, la sociologie , l’archéologie, les objets rares et la généalogie.

Les hôtes du programme parcourent des centaines de miles chaque saison traversant le pays pour investiguer les mystères dans notre passé.


Ayant juste achevé sa cinquième saison, History Detectives peut s’enorgueillir d’une audience loyale et dévouée qui contribue à plus de 75% des investigations dans les histoires.


L’EQUIPE

Pour être reconnu comme History Detective , une personne a besoin d’un savoir faire éprouvé sur le terrain, d’intuition et de logique, une consécration la vie durant au sujet et par-dessus tout une exceptionnelle ouverture d’esprit..




L’équipe se compose de :

- Wes Cowan , commissaire priseur, expert.


C’est un explorateur passionné de la grande panoplie de l’histoire américaine. Spécialité : Culture américaine, objects, œuvres des américains indigènes.


-Gwen Wright : Professeur d’architecture, auteur, conseiller en Architecture

Elle s’occupe des mystères avec une pensée innovante et une curiosité enthousiaste et aiguisée. Spécialisée dans l’histoire de l’architecture et la culture américaine.

- Tukufu Zuberi : Professeur de sociologie , auteur.

Observateur pointu et enthousiaste des forces culturelles et sociales qui entourent un mystère. Spécialisé dans l’histoire africaine-américaine et de la société américaine.

- Elyse Luray expert , historien d’art.
Capable de charmer quiconque pour révéler les indices et partager les secrets. Spécialité Histoire de la culture américaine et les objets de collection.


« Les grandes découvertes existent toujours dans ce monde .On peut toujours espérer qu’une découverte révèlera quelque chose de formidable. »


La première fois qu’Elyse Luray fut captivée par un sujet historique , c’était en étudiant l’architecture dans le quartier français de la Nouvelle Orléans. Elle fut fasciné par une de ces merveilleuses vieilles maisons et consacra vite tout son temps en recherchant l’architecture des maisons, les propriétaires antérieurs, et même l’ameublement.

Ses recherches intensives en art et architecture finalement amenèrent Elyse à la salle de vente aux enchères de Christie’s .

Considéré comme l’un de ses meilleurs experts , elle fut autorisée à rechercher l’authenticité de quelques objets extraordinaires incluant les pantoufles de Rubis de Judy Garland.

Quand Elyse parle de ses recherches c’est aisé de voir qu’elle n’a pas perdu son enthousiasme plein de vigueur pour explorer le passé.

« Quiconque aimant l’histoire et les recherches peut devenir un détective . Pour devenir un détective couronné de succès vous devez raisonner, disséquer et conclure. »

« Vous devez aussi être capable de dire si quelque chose est valable à rechercher. Quand vous décidez de faire des recherches c’est important de savoir ou regarder et qui appeler pour aider à répondre à vos questions. »

« Le plus important , ne jamais renoncer ! Vous êtes obligé de briser les murs de brique, mais il y a toujours une réponse quelque part. »




INVESTIGATIONS TECHNIQUES


Pour résoudre les Mystères , History Detectives fait appel à son équipe d’experts . Voici une partie de leurs techniques utilisées.

Estimation, balistique,analyses ADN , l’examen des documents, la recherche d’experts, l’anthropologie judiciaire (science de la mort), les analyses géologiques, les recherches historiques, l’analyse des papiers, la recherche de brevets, la recherche de propriété, l’analyse textile, le datage du bois, datage et authenticité des armes.



Sources : Site consacré à PBS www.pbs.org/opb/historydetectives


PBS’HISTORY DETECTIVE

Tiré du site http:/collectibles.about.com. Auteur Barbara Crews


From PBS :

« History Detectives est le seul show sur la télévision américaine qui sollicite les soumissions directement des téléspectateurs’’ dit David Davis producteur exécutif avec Oregon Public Television . ‘’ L’interaction que nous avons avec nos téléspectateurs est la clef de la popularité de la série. Il y a un excellent retour , si nous pensons que l’ objet d’un spectateur mérite notre intérêt, ils obtiennent une minutieuse expertise de leurs objets par une équipe de professionnels et il y a en plus le bonus de passer à la télévision nationale. »


La série History Detectives est une coproduction de Lion Television et de Oregon Public Broadcasting.



Depuis 2004 la série a reçu plus de 14 000 soumissions (une moyenne de 3500 par an) de l’engouement des spectateurs de PBS pour avoir leurs découvertes historiques expertisées par l’équipe des cracks de History Detectives . Si un objet proposé est considéré comme digne d’intérêt pour un examen, les producteurs mobilisent les détectives ainsi que d’autres experts qui vont travailler à l’investigation de l’authenticité des pièces et de leur valeur.


Un segment de 20 minutes est ensuite construit autour de l’histoire de l’article, l’origine et la signification culturelle. Chaque épisode de la série présente trois différents segments dans lequel les mystères de la provenance, l’authenticité et la valeur d’un objet sont résolus. Un total de 27 nouvelles investigations est conduit chaque année.



‘’La chose la plus importante que nous regardons dans les propositions envoyés par notre audience de PBS c’est une histoire qui a une signification historique’’ dit Tony Tackaberry producteur exécutif pour Lion TV. ‘’Nous recherchons des objets qui feront de la bonne télévision et qui peuvent nous diriger dans des moments réellement importants dans l’histoire Américaine.’’


History Detectives voyage d’Etat en Etat, examinant les objets potentiellement extraordinaires trouvé chaque jours dans les foyers américains, aussi bien dans les grandes villes que dans les petites . L’équipe a été aussi loin que l’Alaska et visite souvent les nombreuses archives et bibliothèques de Washington DC et de New York.



‘’La majorité des objets examinés sur History Detectives provient des collections de famille , des greniers et des caves, des acquisitions faites dans les marchés, les dépôts vente. Nous essayons d’équilibrer divertissement populaire et découvertes historiques significatives qui ont une portée universelle,’’dit Kevin Mcloughlin, principal directeur de production pour lion TV. ‘’Par exemple , nous pouvons faire une recherche sur une Harley Davidson aussi bien que sur une photo de la guerre civile dans le même show.’’


‘’Combinant les éléments de participation de notre populaire Antique Road Show series avec l’argumentation scientifique d’une investigation TV type CSI., History Detectives est une combinaison de deux genres télévisuels qui ont trouvé une audience dévouée et croissante sur PBS, ‘’dit john Wilson Vice président et chef exécutif des programmes pour PBS . ‘’Maintenant avec la saison 5 nous approfondissons plus profondément dans les mystères de l’histoire qui peuvent seulement être résolus par une combinaison d’investigations scientifiques et un travail classique de détective. ‘’


NEW YORK TIME ET HISTORY DETECTIVE


Extraits de l’article du 25 Juin 2007 du New York Time consacré à History Detectives.

Monsieur Cowan qui a une salle de vente aux enchères à Cincinatti est parmi l’une des 4 personnes à se faire appeler Détective dans la série PBS ‘’History Detectives ‘’qui commence sa cinquième saison cette nuit.

‘’J’appelle histoire avec un grand H , l’histoire que nous apprenons à l’école avec les guerres et les dates ‘’ dit il..‘’Cela fait écarquiller les yeux ,mais il y a une autre histoire avec un petit h. qui rend les personnes très excitées. Les gens veulent savoir ou leur grand père combattit durant la guerre civile ou la deuxième guerre mondiale.Ils ont une boite de lettres ou un uniforme connecté avec quelque évènement important. Cela ne me dérange pas qui vous êtes .Chaque famille a une histoire qui les connecte à une histoire avec un grand H.’’

Depuis 2003 ‘’History Detectives ’’, un programme d’une heure, qui est quelque chose entre ‘CSI’ et ‘Antique Road Show’ , a nourri un appétit pour l’histoire . La direction de PBS dit que c’est devenu un de leurs programmes les plus populaires , captant une audience qui s’étend de l’école élémentaire aux transporteurs routiers.

‘’C’est définitivement un show dans notre top 10 et le second show d’histoire derrière ‘Expérience Américaine’ ‘’ dit John F. Wilson, Vice président et directeur de programme à PBS. . ‘’Malgré le fait que c’est une série d’été, les professeurs réellement l’apprécient parce que cela montre comment l’histoire est découverte et transmise. ‘’

Tony Tackaberry le Vice Président Exécutif de Lion TV qui coproduit le show avec Oregon Public Broadcasting, dit que les équipes de mise au point indiquaient que l’audience adore regarder le processus.’’


‘’Cela soulève le rideau sur le monde du milieu universitaire et des endroits comme Christie’s et Sotheby’s que vous voyez rarement. ‘’ dit il . ‘’ La découverte des indices , la trouvaille des
conclusions réellement détermine le show comme à part. ‘’


La plupart des requêtes de programme proviennent de spectateurs recherchant des informations à propos d’enregistrements , peintures, livres, vieux films et d’autres choses qu’ils trouvent dans les greniers et les marchés aux puces, parmi d’autres places .
La collection d’objets qui ont été recherchés au fil des ans – Fusil à chien du 18ème , un portrait de George Washington, une boite en bois destinée à transporter une mesure d’opium- pourrait remplir un vrai musée éclectique. Pas moins de 14000 questions à propos des mystères que les gens veulent résoudre, sont venues depuis que le show a commencé.
Les objets qui posent un mystère durant la nouvelle saison inclut une inscription aluminium avec les mots ‘Amo’s & Andy’ écrit à la main sur l’étiquette, une dactylographie qui a pu appartenir au journaliste Ernie Pyle et une lettre qui semble signée par Abraham Lincoln.


La plupart des objets fournissent une fenêtre dans des plus larges thèmes : Guerre, les relations entre les races, le suffrage des femmes. Cette nuit par exemple, le professeur Wright a la chance de localiser l’illustrateur de ce qui apparaît être une peinture à l’eau avec les mots ‘’ Programme officiel du défilé du suffrage des femmes Washington D.C. 3 Mars 1913.’’ Son investigation l’emmène à Cambridge, Mass et Washington pour apprendre plus sur le rôle que la marche de 1913 avait dans la défense du droit de vote des femmes.


Le programme est un challenge pour les experts et les diplômés d’université qui sont plus accoutumés aux salles de classes qu’aux feux des projecteurs de la télévision.


‘’ Il y a six ans si vous m’aviez dit que je serai à la télévision faisant ce genre de show , j’aurai ri .’’ dit le professeur Zuberi. ‘’Mais j’aime cela. Nous prenons des gens ordinaires et nous les plaçons exactement au milieu de l’histoire , laquelle est quelque chose de très fort et important .’’

‘’ Par exemple un homme en Maryland avait une lettre de son oncle disant qu’il avait fabriqué le moteur pour l’avion dans lequel Lindberg avait fait son vol historique. Personne ne pouvait l’ oublier. Cela renvoyait au fait que leur oncle avait fait le moteur. En ce temps là , une personne construisait un moteur entier. Ses neveux , la quarantaine versèrent des larmes sur la télévision Nationale.’’



NEW YORK LIEU DU TOURNAGE





New York , j’y suis venu la première fois en Décembre 2000 . Une ville cosmopolite et bigarrée , un vrai melting pot ethnique et culturel . Ces rues sont grouillantes de vie, sillonnées des fameux taxi jaunes (Yellow Cab), de grosses voitures américaines et de limousines.


Je suis monté au top du World Trade Center. Un endroit magique ou la vue s’étendait sur toute la ville et surplombait les gratte ciels de Manhattan ou se dressait fièrement l’Empire State Building , ce vieux monsieur resté très digne des années 30 . La Statue de la liberté était dans un écrin argenté au milieu de la baie .

New York se remet doucement de ses blessures et en lieu et place du building martyr sera construite la Freedom Tower en hommage aux victimes. Projet de mémoire mais aussi projet ambitieux et dynamique à l’image d’une ville qui tient à se relever.


J’aime prendre le Ferry pour Staten Island . En S’éloignant on voit toute la Presqu’ile de Manhattan, le pont de Brooklin sur l’East River, la Statue de la Liberté et Ellis Island ou tant de candidats à l’immigration ont transité , point de contrôle obligatoire pour le nouveau monde et symbole vivant du flux migratoire aux Etats-Unis. On y sent pendant la traversée cette forte odeur iodée de l’océan .

J’aime assister à des shows à Broadway et me balader dans les quartiers . Le ‘Borough’ que j’affectionne le plus est Chinatown. Cette communauté asiatique au cœur de Manhattan vit dans des maisons de quelques étages seulement . A Canal Street vous longez toutes sortes de commerces bien achalandés : Etal de poissonniers, marchands de légumes et de vêtements , bijouteries . Vous y rencontrez même un Mac Donald avec son enseigne chinoise ainsi que des maisons en forme de pagode, des lieux de cultes bouddhistes et fait remarquable, une église catholique chinoise avec une Vierge Marie aux traits asiatiques. Je mange chez Wong , une sorte de cantine Chinoise ou l’on déguste de très bonnes soupes de canard et ou l’on voit d’ailleurs les fameux volatiles dorés à point et pendus à un crochet. Ce type de quartier brasse une variété ethnique et culturelle comme je pense peu d’endroits au monde peuvent se comparer . Il faut songer qu’à New York plus d’un habitant sur deux n’est pas né dans la ville ce qui en fait sa richesse socio culturelle et sa constante vitalité .



LE SEVEN ARMORY REGIMENT : LIEU DU TOURNAGE (15/12/2007)




Localisé au cœur de Manhattan entre les 66th et 67th Streets, l’arsenal du septième régiment d’inspiration médiévale avec ses magnifiques salles de réception et de compagnies, a été décrit par les leaders du mouvement esthétique américain comme la plus importante collection d’intérieur du 19ème siècle à demeurer intact en un seul bâtiment .


Il a été construit de 1877 à 1881 pour le prestigieux septième régiment . Il a une glorieuse histoire .Ce fut la première milice à répondre à l’appel du Président Lincoln pour des volontaires en 1861 et le nom des gardes nationaux a débuté avec ce régiment .

Les sociétés les plus remarquables de New York y ont travaillé pour fournir les intérieurs richement décorés. Des artistes comme Louis Comfort, Tiffany , Stanford White, Candace Wheeler , Jasper Cropsey et d’autres ont collaboré à créer les intérieurs éblouissants.


La salle de réception du Colonel ou eu lieu le tournage fut conçue par Herther Brothers dans le style néo renaissance avec des touches néo coloniales . Pour le boisage de cette salle le noyer noir français fut utilisé . Un portrait de George Washington peint par Rembrant Peale fait face à un autre portrait du Colonel Lafayette présenté par le gouvernement français .

Ce texte est tiré du site The seventh Regiment Armory Conservancy 2006.

Park Avenue Armory : Home

Le septième régiment à Manhattan qui occupait le Seventh Régiment Armory est le descendant de la première organisation militaire à utiliser le terme de gardes nationaux .




New York city le 14 juillet 1825.

Le second bataillon , second régiment d’artillerie de l’Etat de New York accueille le héros de la révolution Américaine , le Marquis de Lafayette qui a amené la France dans le conflit de cette nouvelle nation contre les britanniques pour qu’elle obtienne son indépendance . Pour l’honorer le jour de son départ en France, l’unité adopta le nom de Gardes Nationaux, en souvenir des Gardes Nationaux de Paris que Lafayette avait commandé durant les premiers jours de la révolution Française. Prenant note du nouveau nom de l’unité, Lafayette laissa son carrosse et alla devant la ligne de troupe et serra les mains.

En 1847 le bataillon fut réorganisé comme infanterie et renommé le septième Régiment . Ses crédits de campagne incluent la guerre de 1812 , la guerre civile, la première et la seconde guerre mondiale.


Source : Maj. Paul Fanning, Militia Times Staff published Nov-dec 96 Militia Times.


On se rappellera que Mariano Goybet avait dans sa 157ème Red Hand Division pendant la première Guerre Mondiale les unités de gardes nationaux qui étaient la principale composante du 372ème régiment d’infanterie et qui assuraient la défense de Washington et du Capitole .

N’est ce pas une curieuse pirouette du destin qui fit que l’arrière petit fils du seul français qui dirigea des troupes composées de Gardes Nationaux Américains, soit interviewé à son propos, dans le saint des saint , dans le building du Seventh Regiment Armory , dont le régiment est à l’origine de la toute première unité de Gardes Nationaux. aux Etats Unis

Etre encadré dans cette salle du Colonel, dans ce contexte , par un portrait du père de la nation Georges Washington et du marquis de Lafayette , qui aidèrent à la naissance de cette nouvelle nation , est très émouvant, alors même que mon arrière grand père avec l’aide des troupes américaines et la vaillance de cette mixité de race et nation, a contribué à la libération de la France de l’oppresseur Allemand, tout comme ces deux hommes prestigieux , l’un français, l’autre américain étaient libérateurs du joug britannique . Un beau symbole

Voiçi le discours de célébration pour le 4 Juillet 1918 par Mariano Goybet

Le général Goybet commandant la 157ième Division pris spécialement note du fait que c’était le premier 4 Juillet à être célébré par sa division Franco-Américaine .

"C’est une démonstration remarquable de l’ancienne amitié cimentée dans le sang qui lie ensemble nos deux grandes nations. Les fils des soldats de Lafayette accueillent les fils des soldats de Washington qui sont venu participer à la lutte comme en 1776., dans une nouvelle et plus grande voie d’indépendance. Le même succès qui suivit les glorieuses batailles pour la cause de la liberté est sur de couronner notre commun effort maintenant et d’amener la victoire finale du droit et de la justice sur la barbarie et l’oppression."

Général Goybet commandant la 157ième Division

The Seventh New York and the Naming of the National Guard - The New York State

 

NEW YORK SEVEN REGIMENT ARMORY 15/12/2007





Arrivée 11h00 devant le plus grand magasin du monde à Macy’s New York sur la 34ème rue . Le trafic est dense comme d’habitude en cette période de fêtes. On ne peut pas l’ignorer avec un gros mickey devant le magasin qui fait tout un patté de maison de New york et des décorations de noël à profusion . Les enseignes lumineuses électroniques clignotent même en plein jour dans ce quartier. C’est tout près d’ici, que j’ai assisté à un tragique accident un jour de Décembre 2000. Un car venait de faucher sur un passage clouté un groupe de six personnes vers 17h30 à la nuit tombée. La 34ème rue avait été fermée complètement à la circulation et un hélicoptère s’était posé sur le bitume, de nombreux véhicules de secours et de police s’étaient déplaces . Si ce n’était pas tragique, on se serait cru dans un film catastrophe américain. Ce jour là j’ai eu rétrospectivement un grand frisson songeant qu’à 15 minutes près mon destin aurait pu basculer.

Je hèle un taxi jaune (Yellow cab) et je demande au chauffeur Sri Lankais qui parle un anglais affreux de m’emmener au Seventh Regiment Armory situé 643 Park Avenue.


Cette imposante forteresse de briques rose soutenu , en plein cœur de Manhattan et ses tours crénelées avec ses escaliers, sa porte monumentale ornée des armes du 7ème régiment, est très impressionnante.


A la descente du taxi je suis accueilli par Lindsay , une jeune femme rousse . Nous entrons dans le bâtiment . Assis dans un bureau surélevé dressé dans l’entrée , un homme imposant de couleur , en tenue militaire contrôle les entrées. Lindsay lui dit que je fais partie du tournage qui à lieu ce jour dans les locaux.


Ensuite nous déambulons dans un immense corridor orné de lustres anciens et décoré avec des peintures et des cadres de citation à la gloire du septième régiment. Au fond , un vieux canon sur roues qui a pu servir durant la guerre civile et une grande verrière d’où la lumière irradiait à travers une composition florale exubérante. Ce lieu est intimidant

Lyndsay entrouvre une porte Elle m’explique que c’est la salle ou s’entraînait la septième compagnie . 60 mètres de large sur 90 mètres de long capable de recevoir 1100 personnes.

Lyndsay devant la salle du Colonel me présente le producteur du film , brun la quarantaine et plutôt décontracté. Elle me présente aussi à la charmante History Detective, Elyse Luray , expert et historien d’art. C’est une jeune femme pétillante qui sera la personne qui m’interrogera . Nous pénétrons dans la salle du Colonel.


3 techniciens s’affairent à l’intérieur. On me présente le technicien du son , des lumières et le caméraman. . Des projecteurs sur pied jouxtent de grands panneaux blancs. C’est là que je prend vraiment conscience malgré le coté décontracté de l’importance des heures à venir.



Cette salle de belle proportion avec de jolies boiseries est sous le patronage bienveillant du regard de Washington qui fait face à celui du Marquis de Lafayette.



Au milieu de la pièce un bureau est dressé . On dispose le livre de Chester D.Heywood . Negro troops in the World War que j’ai emmené ainsi que des copies de pages du livre de famille qu’ils ont reproduites et d’autres documents que j’ai apporté. Le fameux fanion est encore enroulé .

Elyse Luray me demande comment je suis connecté avec le Général Goybet. Je lui explique mes liens avec cet homme. Je présente une copie de la page de garde de mon site ‘’Famille du Chevalier Henri Goybet’’ . Ce document est préféré à l’arbre généalogique de Mariano car j’y représente en photo mes ancêtres . Je pointe du doigt sur mon arrière grand père , le général, sur mon grand père, l’amiral et mon père, le chef de bataillon d’infanterie de marine. J’explique que cette lignée a engendré 3 générations consécutives de légion d’honneur. Au centre de cette page figure le blason familial dessiné par Mariano et au bas le portrait de la vierge du Vietnam , une peinture de mon père.

Je décris le livre de famille, œuvre artistique incontestable de mon arrière Grand Père et je montre une copie de la page de garde et lit ce qui y est écrit.


Je présente ensuite au fur à mesure des questions les pages du livre de famille consacrées aux fameuses troupes de la 157ème Division ‘’ Red Hand Division’’ et je les lis d’abord en Français puis en Anglais comme souhaité par le producteur.

Je montre l’enluminure, fanion de division sur une des pages ou figure la main rouge .

Elyse Luray déroule alors le fanion sur le bureau . Quel symbole , que c’est impressionnant de toucher, tenir ce Fanion de mon arrière Grand père, 90 ans après la fin de la première guerre mondiale et en plus de l’autre coté de l’atlantique à New York. Quelle était la probabilité d’une telle occasion . Infime je suppose.

Mes pensées se bousculent . Je pense à mon arrière Grand Père , le Général et cette brave
lignée de légionnaires au service de la nation . Je pense à ses deux fils qui sont morts dans ce terrible conflit . Je pense à tous ces soldats Noirs et blancs de peau qui en frères d’armes ont servi ce drapeau pour notre liberté, dont un grand nombre est mort avec bravoure et abnégation ou a été grièvement blessé. L’instant est solennel .


Je montre le livre de Chester D Heywood et sa dédicace à mon arrière grand père . Je lis des passages du livre dont j’avais sélectionné des extraits dans mon essai de 23 pages sur Mariano et ses troupes. Je démontre dans cet essai que les troupes Africaines américaines ont acquis une citoyenneté mondiale par leur sacrifice pour une cause universelle .
On voit dans ces extraits tirés principalement des ordres généraux à ses troupes que Mariano avait une grande admiration pour leur conduite à ses cotés.


Au cours des questions d’Elyse Luray, je montre la lettre de Perry Miles (décrite plus haut) devenu Général qui était alors chef du 372ème régiment. Dans cette lettre se trouve une des clefs de l’énigme. Cette lettre est accompagnée de la reproduction du fanion de Division ,d’un programme de dîner annuel et de la signature des anciens combattants présents à ce dîner

Dans ma tête raisonnent les phrases de mon arrière Grand père félicitant ses troupes en 1918.


"Chers amis d’Amérique, quand vous serez de retour de l’autre coté de l’océan n’oubliez pas la ‘’Division Main Rouge’’. "

……………

"Souvenez vous de votre Général qui a été fier de vous avoir commandé."

Non me suis-je dit, tu n’as pas été oublié de l’autre coté de l’Atlantique et nous travaillons en équipe à faire vivre ton souvenir et celui de tes vaillantes troupes.



Nous faisons des reprises. La caméra se ballade avec des angles et des lumières différentes. On me demande de pointer du doigt les lignes que je lis et les documents que je montre.


On me dit que maintenant nous allons tourner en extérieur. On me demande de stationner devant l’imposante porte du Seventh Regiment Armory sur Park Avenue. Je suis chargé d’accueillir Elyse Luray qui va gravir les marches.


Ils placent le Caméraman sur le terre plein central au milieu de Park Avenue . La circulation à cette heure là n’est heureusement pas trop dense. Je tiens à la main le livre de Chester D. Heywood et des documents insérés entre les pages. Après le fameux ‘’Hi’’ , j’ouvre la porte pour laisser entrer Elyse. Nous tournons ensuite à l’intérieur de l’immense Corridor.


Je suis aux cotés d’Elyse qui me donne des explications sur ce lieu prestigieux. Nous entrons dans la salle du Colonel.

C’est fini. Ils sont satisfaits de leurs prises et me le font signifier. Elyse me prend dans ses bras pour me remercier de l’opportunité qu’ils ont eu. Le producteur est aussi satisfait .


Je dois maintenant reprendre un taxi pour mon point de départ à Macy’s sur la 43ème. Il n’est que temps. Il est 16h30 passé. 5 heures de tournage, ce n’est pas rien.


Il est maintenant, 17h40, je m’éloigne de la presqu’ile de Manhattan . La nuit est noire et magique avec en toile de fonds ces immenses flèches scintillantes dressées vers le ciel .



UNE CHAINE INVISIBLE


Je puis enfin me détendre et penser. ‘’Mariano, pour toi et le souvenir de tes troupes héroiques , ‘’I did it ! ‘’. Je pense que Mariano et ses troupes font partie d’une chaîne invisible qui commence à l’abolition de l’esclavage en 1865 et qui se poursuit par Martin Luther King qui se battit contre la ségrégation et aujourd'hui Barack Obama . La guerre de sécession si elle rendit la liberté aux noirs , n’enterra pas pour autant la ségrégation.


les troupes Africaines Américaines, un des maillons de la chaine, se sont battues pour notre liberté et ont acquis une nouvelle citoyenneté par leur bravoure et leur sacrifice et J'en veus pour symbole comme denier maillon actuel , la nomination à l’investiture démocrate de Barack Obama. Que de chemin parcouru pour que les Africains Americains acquièrent une véritable citoyenneté !


MAIL DU 18 DECEMBRE 2007


Je reçois un mail du 18 Décembre 2007 de Lindsay
dont voici un extrait.


Cher Henri,

''Merci encore pour être venu à New York pour l’interview . Nous savons que cela constituera une merveilleuse partie de notre investigation historique.''

All the Best

Lindsay Associate Producer


 Video - African-American 371st Infantry Regiment

Liens vers les articles wikipedia en Français et Anglais 

 que j'ai conçu pour la mémoire de Mariano

et en l'honneur de ses vaillantes troupes

 

Mariano Goybet - Wikipedia, the free encyclopedia

Mariano Goybet - Wikipédia

Ils sont tombés pour notre liberté

 

Lien vers livre de EJ scott

E.J. Scott. The American Negro in the World War. Chapter XVII.

 

<a href="http://www.annuaire-celebrite.com/celebrite/4975/goybet/mariano_goybet.php" id="annuaire-celebrite.com" title="Mariano GOYBET">Mariano GOYBET</a>

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site