Créer un site internet
Famille du Chevalier Goybet

Livre de Famille Goybet Statut

Img009 3

 

 

EXTRAIT DE LA GAZETTE DE L'ILE BARBE

sur livre de famille Goybet

Texte signé par Huguette  Goybet-Fricaudet 

 

Aux descendants de Mariano Goybet et leurs alliés

 

Août 2003.

 

Certains d’entre vous savent que Mariano Goybet a réalisé de 1898 à 1931 un livre retraçant l’histoire de sa famille et celle de sa mère, Marie Bravais. Ce livre comporte plus de 200 pages numérotées sur parchemin, avec de très belles enluminures. C’est un document d’une valeur artistique et affective certaine.

 

Mon père, Adrien Goybet, dernier détenteur du Livre de famille, était préoccupé de sa conservation et de son avenir, étant donné la fragilité du support et la multiplicité des descendants. Il m’a exprimé par écrit, peu avant son décès en 1995, sa volonté que ce livre soit déposé aux archives de Savoie. Coïncidence, ce dernier a pu leur être remis en 1998, un siècle après le début de son élaboration ; il y est consultable, quai de la Rize à Chambéry, sous la cote IJ 288.

http://www.jaillard.net/55-MarianoGoybet.php

 

COMMENTAIRE :  Concernant ''les multiples descendants'' il n'existe qu'un Chevalier Henri Goybet  fils héritier du nom d'Adrien Goybet (dernier détenteur)  et qui descend d'une lignée de trois légions d'honneur. Par  ailleurs le statut du livre stipulé  dans ce texte ne correspond pas à celui indiqué  par le directeur des archives de Savoie.

Les Chevaliers Goybet

 

Selon mon père, Adrien Goybet, dernier détenteur et gardien du livre de famille Goybet, je représentai la XXème génération (Voir les Goybet de la vallée de Yenne d'Henri Jaillard). Pour respecter la tradition familiale, je devais être le gardien du livre. Mon père de peur qu'on ne vole ce livre, l'avait fait placer dans le coffre de l'étude du gendre de la coindivisaire à titre de dépôt. Ce livre aurait du être restitué aux deux coindivisaires, ayant droit de la succession d'Adrien Goybet. Il n'en fut rien . La coindivisaire récupère le livre au décès de mon père et le dépose aux archives de Savoie et déclare par mandat de dépôt  en être propriétaire. Suite a la spoliation de mes droits je deviens ipso facto de par la tradition familiale et même selon  la loi républicaine, le seul gardien et détenteur du livre de famille Goybet.