Biographie Famille Goybet

Louise de Montgolfier épouse Alexis Goybet

Henri Goybet et Wikipédia

 

La Famille Goybet  est une famille notable Savoyarde française qui s'est principalement illustrée dans l'armée. Elle compte 4 officiers généraux et une lignée de trois générations de médaillés de la  Légion d'Honneur (conforme à l’ordonnance de Louis XVIII de 1814) Elle s'est alliée à la meilleure noblesse locale (Courtois d'Arcollieres, Bavoz , du Nant De Grilly , ,,,,,,) Les Goybet descendent de Louis VIII par les Artois. Ils comptent des notaires royaux et des châtelains de Yenne,

 

 Origine Familliale

 

La famille Goybet remonte à 1380 . iL s'agit de Michel Revardel . Les Revardel puis les Goybet devinrent Notaires Royaux et chatelains de Yenne.

Abandonnant la charge notariale pour le commerce et l'industrie, la famille Goybet se fixa à Yenne en Savoie. Alexis Goybet, négociant (1786-1854), père de Jules Goybet, industriel qui suit épousera Louise Marie Jeanne de Montgolfier (1805-1826) le 18 juin 1822, la petite nièce des célèbres inventeurs Joseph et Etienne de Montgolfier

 

 Une branche aînée de la famille Goybet, anoblie en 1758, s'est éteinte à la seconde génération. Elle était représentée par Claude-François Goybet (1680-1777), seigneur de Lutrin, marié le 18 février 1730 avec Marie-Antoinette du Nant de Grigny (1709-1797). Avocat au Sénat de Savoie dès 1702, il fut nommé intendant du Chablais et de Gaillard. Il avait acheté la seigneurie de Lustrin en 1733 au comte François de La Fléchère. Son fils, Jacques-François Goybet, né le 10 avril 1732, s'est marié avec Marie-Claudine de La Forest-Divonne, sans laisser de postérité . Le blason de cette branche aînée éteinte portait: d'azur à la fasce d'Or cousu de 3 étoiles d'Argent en chef et d'un croissant du même en pointe. Sa devise était: Quo cunque vocer, J'irai là ou l'on m'appelle.

 

 

 

 Histoire de la famille depuis Jules Goybet, père des Généraux Victor et Mariano Goybet et du Capitaine de Vaisseau Henri Goybet

 

 

                                                                            .Famille Goybet 3 générations Légion d'Honneur

 

Général Mariano Goybet grand officier de la légion d'honneur (1861-1943); son fils Pierre Goybet Contre-amiral (1887-1963) Commandeur ; son petit fils Adrien pierre Goybet (1922-1995), Commandant infanterie de marine, Chevalier dans l'ordre, constituent trois générations de Légion d'honneur.

 

Pierre Jules Goybet (1823-1912), industriel se marie à Louise Bravais, nièce du physicien  Auguste Bravais. La mère de Jules Goybet, Louise de Montgolfier, était la petite nièce des célèbres inventeurs Joseph et Etienne de Montgolfier .iL fit ses études au collège des Jésuites de Fribourg, puis fut emmené à 16 ans par son oncle Augustin de Montgolfier dans son usine de Torero près de  Saragosse ou il introduisait la fabrication du papier en  Espagne. Il dirigera ensuite une entreprise de construction de machine à vapeur près de cette même ville. Nommé Chevalier et membre du conseil supérieur de l'industrie par la reine d'Espagne, il avait reçu le grade de lieutenant d'artillerie dans la milice. Son fils le Généra Mariano nait à Saragosse en 1861. Il sera le premier membre d'une lignée de trois générations de Légions d'Honneur , avec son fils le Contre-amiral  Pierre Goybet et son petit fils le chef de bataillon Adrien Goybet. Il épousera Marguerite Lespieau , la fille de son général  Théodore Lespieau.

 

 La famille rentre en France en 1862 en raison de l'état de santé de la belle-mère de Pierre Jules et reste quelque temps à Annonay ou naquit sa soeur Constance. Puis Pierre Jules est nommé principal de l'École professionnelle de la Martinière à Lyon ou il demeura 16 ans, logé dans l'établissement. Le Capitaine de Vaisseau  Henri Goybet et le général  Victor Goybet, frères de Mariano naquirent là. Ils sont les neveux du Général de Cavalerie  Charles Goybet,

 

 

== XIVe siècle au XVIIIe : De l'affranchissement à la notabilité== 

 

 

 

Chateau de la Martiniere Fief Goybet

 

                                                                                Chateau de la Martinière ayant appartenu aux Goybet      

 

  • Après Michel Revardel vixit en 1410 né en 1380, nous découvrons Jehan Revardel qui  a reconnu être homme liège et taillable à la bonne volonté de dame de Paladru le 18 juin 1437.

  • Maitre Claude Revardel dit Goybet, Notaire royal, Châtelain de Centagnieu (1586-1589), de Rubod (1600-1610), d'Yenne (1601-1605).

  • Claude François Goybet de Lutrin de Grilly, avocat au sénat de Savoie, intendant du Chablais et Gaillard et du Genevois, baptisé le 19 janvier 1680. Seigneur de Lutrin, il prit sa retraite d'intendant en 1756, anobli en 1758.Il épouse marie demoiselle Marie-Antoinette du Nant de Grilly le 18 Février 1730.

  • Jehan Revardel dit Goybet, Châtelain de Centagnieu (1632-1638), notaire ducal (1638-1646)

  • Charles Revardel dit Goybet. Châtelain de Centagnieu (1649-1660).Notaire ducal à Trouet (1641-1660), épouse Françoise du GOY.

  • Alexis Goybet né en 1724, décède à Yenne en 1791 à l'age de 67 ans. Marchand à Yenne, vice châtelain de Yenne (1771-1782).Il épousa Jeanne Belly le 12 Mars 1727

  • Gaspard Goybet (1663-1708). Châtelain de Meyrieux et Verthemex (1698-1708). Il épouse Anne Courtois d'Arcollieres

  • Joseph Goybet Notaire de 1723 à 1750, capitaine, châtelain des marquisats d'Yenne et de chevelu.

 

Goybet de Lutrin de Grilly

 

== XIXe au XXe Siècle : négociants , industriels et  valeureux soldats== 

 

  • Pierre Goybet (1750-1831), négociant, premier maire de la ville de Yenne en Savoie (an IV à 1815), ses 2 fils qui suivent:

  • (1) Alexis Goybet né à Yenne, négociant à Lyon en 1786 et décédé en 1854, épouse à Lyon le 18 Juin 1822, Louise Marie Jeanne de Montgolfier, fille de Michel de Montgolfier et de Louise Millanais de la Salle.

  • (2)Antoine Goybet (1787-1867), Maire de Yenne depuis 1836, Chevalier de l'ordre impérial de la Légion d'honneur et des St Maurice et Lazare. Suivent 3 de ses enfants.(Charles, Pierre et Laurent)

  • Charles (1825-1910),  général  français, Grand officier de la Légion d'honneur, inspecteur général de la cavalerie ( Campagne d'Italie, Crimée 1855, guerre de 1870) et ses deux frères qui suivent (Tous les trois oncles des enfants de Pierre Jules Goybet, à savoir Mariano, Henri et Victor)

  • Pierre Luc Goybet (1828-1896), avocat à la cour, conseiller général de la Savoie.

  • Laurent Goybet (1833-1912), conseiller de préfecture à Nice, grand-juge à Monaco, Chevalier de la Légion d'honneur et des Saints Maurice et Lazare.

 

 

 

 

 

 

                                Red Hand Division. Dirigée par Mariano Goybet en 1917-1918

 

 

 

Pierre Jules Goybet (1823-1912), fils de louise de Montgolfier et d'Alexis Goybet, petit fils de Pierre Goybet (1750-1831) industriel en Espagne et nommé là, membre du conseil supérieur de l'industrie par la reine d'Espagne, Directeur de l'école de la Martinière à Lyon.Ses trois fils suivent.

 

 

  • Mariano Goybet (1)(1861-1943)(1),  Général  français, Grand officier de la Légion d'honneur, (Dirige la 157e Division Offensive Meuse-Argonne (1918) avec des soldats noirs Américains, prise de Damas en 1920 ). Il eut pour fils Pierre Goybet

  • Pierre Goybet (1887-1963),  Contre-amiral  français, Commandeur de la Légion d'honneur ( Transport Or Banque de France, prise D'Aruba en 1940). Son fils Pierre Adrien Goybet (1922-1995) Chef de bataillon d'infanterie de marine, Chevalier de la Légion d'honneur, croix de guerre, constitue avec son père et son grand père Mariano, une lignée de 3 générations de Légion d'Honneur. Son autre fils Claude Goybet né en 1925 sera capitaine de Marine Marchande perpétuant également une tradition de marins.

  • Henri Goybet (2) (1868-1958), Capitaine de vaisseau français, Commandeur de la Légion d'honneur, dont la fille Henriette épousera son cousin germain, le Contre-amiral Pierre Goybet. Pour la défense du camp retranché en 1914; Il organise 10 sections d'auto-projecteurs et les conduit successivement aux armées). Il sera également commandant du Port de Beyrouth.

  • Victor Goybet (3) (1865-1947),  Général  français, Grand Officier de la Légion d'Honneur, (1914-1918 défense de Verdun/Somme/Aisne/Picardie 165e D.I.) Son fils qui suit.

  • Charles Goybet né le 30 juillet 1898, colonel, Officier de la Légion d'Honneur, participe aux deux guerres mondiales(14-18) et (39-45) ainsi qu'à la campagne de Syrie (1920-1922) )

 

 

 ===Parentés connues===

  •  Auguste  Bravais ,  Astronome Physicien Membre de l'académie des sciences. (1811-1863)   Pierre Jules Goybet (1823-1912), industriel se marie à Louise Bravais, nièce du physicien  Auguste Bravais.   
  • Théodore Lespieau(1829-1911),  Général  français.Grand Officier de la Légion d'honneur (Campagnes Crimée, Kabilie, Commune), Beau père du Général Mariano Goybet qui épouse Marguerite Lespieau, petite fille du savant Philologue Napoléon Theil (1808-1878), Chevalier de la Légion d'honneur le 24 aout 1858, filleul de l'Empereur, professeur d'humanité à Henri-IV et au lycée impérial de Saint-Louis.

  • Robert Lespieau (1864-1947), fils de Théodore et beau frère de Mariano Goybet, sera chimiste et physicien, académicien des sciences, Officier de la Légion d'honneur, le 6 octobre 1923.

  • Adrien de Montgolfier (1831-1913) Commandeur de la Légion d'honneur ingénieur, député et sénateur, a tout comme Louise de Montgolfier mère de Jules Goybet, un Grand père commun, Michel André Bénigne De Montgolfier (1777-1851).

  • Marc Seguin(1786-1875) Officier de la Légion d'honneur le 13 août 1866, ingénieur, inventeur, de la Chaudière à tubulaire et du système des ponts suspendus à câbles métalliques..Marc Seguin, tout comme Louise de Montgolfier, mère de Jules Goybet, a pour arrière Grand parents, Pierre de Montgolfier Papetier royal (1700-1793) marié à Anne-Catherine Duret (1701-1760) ( frère de Etienne Montgolfier (1712-1791) Prêtre Sulpicien et évèque du Québec de 1763 à 1764) et Anne-Catherine Duret (1701-1760) , parents des inventeurs.

  • Les  petits enfant de Marc Seguin ,  Louis Seguin et Laurent Seguin  créeront les moteurs rotatifs  Gnome en 1909

 

 

Descendant de l'esclave de Damas

 

 

 

 

 

 

Damas en juillet 1920.

 

 

 

Il s'agit d'un extrait des premières lignes de la première page du livre consacré à la famille de Montgolfier connue plus particulièrement pour ses inventeurs Joseph et Étienne à l'origine de la conquête de l'espace (Éditions G. de Bussac 1960) écrit par Léon Rostaing (671 pages). Le chapitre est intitulé Les origines de la famille Montgolfier.

 

S'il faut s'en rapporter aux traditions anciennes, deux membres de la famille, qui résidaient dans le petit village de Frankenthal en Bavière partirent pour l'Orient avec la première Croisade en 1095. Un seul en revint.

 

Les traditions de la famille admettent qu'au cours de la seconde croisade en 1147, un Jean Montgolfier, neveu de ce dernier fut fait prisonnier et fut esclave à Damas, où il travailla pendant trois ans à la fabrication du papier de coton. Or, sept cent soixante dix ans après, un descendant de l'esclave de Damas, le général Mariano Goybet, commandant de la 3e division de l'armée française du Levant, entrait en vainqueur dans cette ville le 25 juillet 1920, après avoir écrasé la veille au dur combat de Kan Meiseloun, l'armée de l'émir Fayçal.

 

 

« J'ai « régné » pendant un an sur Damas et son oasis; me souvenant de Jean de Montgolfier, j'ai tenu à visiter sur les rives du Barada les vieux moulins à papier, où l'on fait du papier de coton à la forme. Étant donné l'immobilité de l'Orient, j'ai certainement vu les vieilles cuves auprès desquelles travaillait notre parent. [...] Cette « revanche » à longue échéance n'est elle pas curieuse ? »

 

— Général Mariano Goybet, 19 janvier 1933

 

 

Notes et références

 Notes

 

 

 Les Goybet sont cités dans le supplément de l'armorial et nobiliaire de Savoie détenu par le président de l'Académie Chablaisienne à Thonon-les-bains, Mr Marcel Sauthier

 

 

         Références

  1.  

  2.  

  3.  Bulletin AHH no 29 novembre 1987. Notice sur famille Goybet écrite par Monsieur Pierre Jaillard Président de l'héraldique de France 

  4.  Leon Rostaing, La famille Montgolfier, Éditions A. Rey, 1910, p. 316 à 319 et p. 325.

  5.  Lustrin est actuellement un hameau de Saint-Paul-sur-Yenne

  6.  Amédée de ForasArmorial et Nobiliaire de l'ancien duché de Savoie-Famille de La Forest-Divonne, Allier, Grenoble, 1878, T.2-p.435

  7.  Note sur l'intendant Claude François Goybet: Henri Jaillard , Les Goybet de la vallée de Yenne, 1964, 68 p., p. 10 et note 21.

  8.  base de données Léonore (Légion d'honneur) Acte de naissance 

  9.  Henri Jaillard, Les Goybet de la vallée de Yenne, 1964, 68 p.

  10.  La famille Montgolfier par Leon Rostaing, Éditions A.Rey 1910, p. 316 à 319 et p. 325.

  11.  La famille Montgolfier par Leon Rostaing, Éditions de Bussac p. 564-565, 3 décembre 1960.

  12.  Mariano Goybet de son livre enluminé de famille sur les Goybet (1898-1931), 200 pages sur parchemin numérotées, consultable archives de Savoie Cote IJ288

Liens vers  les origines familliales  Goybet  en détail et les soldats médaillés

 

 

                                                            Origines Familliales Goybet

 

 

En avant Savoie

 

                        Général Charles Goybet : Lombardie / Crimée / Guerre de 1870

                 Charles Goybet (1825-1910), général, grand officier de la Légion d'honneur

                                                   General  Charles Goybet, inspecteur de la cavalerie Française

 

                               Accueil  Le Général Mariano Goybet

            Mariano Goybet (1861-1943), Général, grand officier de la Légion d'honneur

                                                           Général Mariano Goybet  Grand officier de la légion d'honneur

 

Contre- Amiral Pierre GOYBET : Verdun / Ville d'YS et Terre neuve / Or Banque de France 1940 / Débarquement   Aruba 1940 / Casablanca 1942

Pierre Goybet (1887-1963), contre-amiral, commandeur de la Légion d’honneur

 

Contre Amiral Pierre Goybet

Général Victor Goybet 101e R.I. / 79e BI Chasseurs alpins/ Verdun . Commandant 165e Division (1916-1918) : Somme Aisne Verdun Picardie

Victor-Louis Goybet (1865-1947), Général, grand officier de la Légion d'honneur

Son fils Charles Goybet fut colonel né en 1898 fut officier de la légion d'honneur

et participa aux deux guerres mondiales   

 

Général Victor Goybet

 

 

 

Capitaine de Vaisseau Henri Goybet

Henri Goybet (1868-1948), capitaine de vaisseau, commandeur de la Légion d'honneur

Capitaine de vaisseau  Henri  Goybet

 

Chef de bataillon d'infanterie de marine Adrien Goybet : De la coloniale à la peinture : Australie force 136 ( pont de la rivière KwaiÏ) cambodge mission Insteep/ Indochine

Chef de Bataillon d'infanterie  de Marine Adrien Pierre Goybet (1922-1995)

Les Chevaliers Goybet

Chef de bataillon d'Infanterie de Marine Adrien Goybet

 

Blason Famille du Chevalier  Goybet

 

 

 

 

 

 

 

 


 

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site

×